Suivez les courses au large du Team Adeosys

Départ Samedi 22 juillet à 14h30 pour la Fastnet Race.

On sait dès le départ que la course va être encore plus dure qu’il y a 2 ans !

Il y 2 ans, on avait eu les 12 premières heures compliquées avec beaucoup de vent et une mer cassante. Mais cette année, c’est les 50 ans de cette course mythique et le vent à décidé de s’inviter : 3 fronts doivent passer avec à chaque fais au moins 30 nœuds.

Nous sommes 100 bateaux en double, 85 dans notre catégorie IRC 3 (équipage et doubles) et 364 bateaux en IRC

On part sur l’eau, avec 1 ris dans la GV (Grand Voile), 1 ris dans le Solent (Petit génois). Mais devrions nous prendre 2 ris dans la GV ?
Top départ, nous sommes sur la ligne, c’est parti pour une sortie du Solent (bras de mer qui sépare l’île de Wight de l’Angleterre) à gérer avec des croisements de partout, nous sommes 85 bateaux sur notre départ_

Une fois passé Hurst Point, goulet d’étranglement en sortie de Solent, la mer commence à se durcir (vent contre-courant, c’est bon ! ). On décide tout de même de sortir par les Needles pour pouvoir profiter au mieux du courant et tout de suite se positionner là où nous voulons être. Nous allons passer la fin d’après-midi et la nuit dans 30 noeuds de vent avec des rafales à 40 nœuds et 2 à 3 m de creux, à longer la côte anglaise. On fera une erreur de stratégie (erreur de communication à bord) sur une des pointes. On perdra plusieurs milles sur la tête de la flotte.

Dimanche en milieu de nuit : Aux iles Scilly, dimanche en fin de nuit, nous sommes mal positionnés, les premiers sont déjà quelques miles devant. Il reste 4 jours. A nous de bosser.
On décide de sortir par le DST du Nord pour aller chercher plus de vent et une rotation. Le long de la remontée, on passe sur A3, le temps de 15 minutes,… Super transition, on vient de récupérer la moitié du chemin perdu sur le paquet de devant. Le vent rentre doucement et nous glissons vite avec le courant sur le tombant de Cape Cornwall.

Lundi matin : On sait qu’en rentrant dans la mer d’Irlande, on va au-devant d’un nouveau front. On anticipe et on repasse sous Solent. Logiquement, il ne doit y avoir que 28 nœuds et que pour 3 heures. On va se prendre plus de 35 nœuds pendant 6 heures dans une mer dure et au près. Pas plaisant du tout. David va faire le taf : casque sur la tête, il va barrer pendant 6h, sans rien lâcher en prenant des paquets de mer régulièrement qui traverse le bateau. Le Nerf de chute de Grand Voile ne va pas tenir. Dur, car sans lui, on peut déchirer la voile. On tente de tendre un peu la chute avec les prises de ris et on croise les doigt car après ce 2ème front, on ne doit plus avoir de près avec vent fort. La voile peut tenir !

Lundi vers 15h, Le vent se calme enfin, on peut à nouveau ranger le bateau et surtout éponger car on a pris des sacrés paquets de mer. Analyse météo, nous avons deux bascules de prévues, une de 30° à gauche et une de presque 60° à droite. Nous décidons de jouer d’emb